Mot de notre Professeur

Le danseur comme une tige de bambou est enraciné dans le sol, se tend vers le ciel à partir du sommet de son crâne, ainsi il relie la terre, l’homme et le ciel. 

L’accent est porté sur la respiration, le maintien et la posture, tremplin à l’unité du physique et du mental et à l’envol vers la danse. 

Sentir la qualité d’un sol, l’épaisseur de l’air, la nuance de la lumière, la qualité du son, le temps, la mélodie, les instruments … l’appréhension de ces subtilités n’est possible que par un esprit exercé.